Un mariage en pleine pandémie mondiale : Crash test

Si tu fais partie des personnes qui ne comprennent pas qu’on puisse décider de se marier en pleine pandémie, je te conseille d’appuyer sur la croix en haute à droite. Pour les autres, je vais partager aujourd’hui mon ressenti face à cette décision parce que je sais que je ne suis pas la seule ici à m’être posée la question. Et je pense qu’en tant que photographe de mariage, il est tout naturel pour moi de partager mon expérience avec mes futurs mariés qui tenteront à leur tour l’expérience mais aussi pour tous ceux qui hésitent à maintenir.

 

J’ai testé pour toi : le mariage en pleine pandémie mondiale.

Mais pourquoi prendre une telle décision?

 

Il ne faut pas croire qu’on prend une telle décision sans se poser de questions. Comme tout le monde, on a eu peur, on s’est interrogé… comme tout le monde, on a pensé : “oui, il y a pire dans la vie que de reporter son mariage”. Evidemment, quand on cherche, il y a toujours pire dans la vie. On culpabilise même d’être déçus de ne pas se marier au moment prévu car ” il y’a pire … des gens meurent , c’est grave… “. Mais … la vie continue….  et à priori on est partis pour vivre avec cette saleté pendant un moment, alors on va attendre quoi au juste ? 2024 ?  que ça se tasse ?

En fait, dans ce genre de situation, on essaye de prendre la bonne décision, avec la raison parce que le coeur souffre, quoi qu’on en dise. Décider de se marier, ce n’est pas un acte anodin, on rêve ce jour, on le prépare, on a le droit d’être déçu que cela ne se passe pas comme prévu. Mais même ce droit d’être déçu, on nous l’enlève car il y’a pire… A un moment, j’ai décidé de ne plus voir le pire et de penser à nous.

Je sais pas vous mais me marier, ce n’était pas un caprice. Me marier avec l’homme que j’aime, c’était viscéral, c’est une décision qu’on a prise rapidement, parce que c’était important pour nous. Le coeur aurait d’ailleurs voulu déjà le célébrer en 2019 mais la raison nous avait amené à faire cela en 2020… finalement on aurait peut être dû écouter notre coeur. Je n’ai pas toujours rêvé de me marier mais je savais que je voudrais l’être un jour. Maintenant que j’ai rencontré celui qui est aujourd’hui mon mari, je n’avais plus envie d’attendre encore 1 an ou 2, quoi qu’il en coute ( je ne parle pas de vies mais de sacrifices sur la forme, vous m’avez bien comprise).

Quand nous sommes sortis du confinement, on a vite pris la décision de se marier civilement le plus rapidement possible. Cette année, avec tous les mariage reportés, c’était d’ailleurs plutôt simple de trouver un samedi de libre et c’était peut être un signe ^^. On s’est décidé pour fin juillet, car cela nous paraissait raisonnable quant à l’évolution du virus, ça laissait le temps de voir venir, prendre le moins de risques possibles (oui … le risque ZERO n’existe pas, mais je vous rassure, quand vous allez faire vos courses ou au restos, c’est le même combat^^). On s’est porté sur un petit nombre de participants, les plus proches et les plus chers, un mariage en extérieur, avec du gel à disposition.  Sur le papier, ce n’était pas le mariage de nos rêves mais, petit à petit, quand on nous enlève toute liberté de rêver, on se fait à l’idée que notre journée sera tout de même plutôt parfaite quoi qu’il en soit, car l’essentiel, c’est d’épouser la personne qu’on aime (enfin je crois^^).

 

 

Comment se marier en pleine pandémie ?

 

Tu te poses un tas de questions ? Je te rassure, c’est normal …. ce serait anormal du contraire en fait je pense ….

Perso, la première décision c’était d’inviter peu de monde.  Au départ les restrictions étaient pour 10 personnes puis finalement c’était selon la salle de mairie. Ici tout le monde pouvait rentrer mais, vous le verrez sur les photos, une semaine avant la date : port du masque obligatoire pour tout le monde hors mariés (OUF) et ma maman qui nous mariait car nous sommes de la même famille. Coup dur au départ, évidemment, puis finalement, on a décidé de le prendre avec le sourire (enfin avec le masque^^). On se marie en pleine pandémie, il y a des masques, tant pis. On avait bien évidemment fait le choix d’avoir des photographes pour l’événement : Capyture Photography et, à aucun moment, je me suis dit que le photographe ne servirait à rien …. (on va dire que je prêche ma paroisse mais franchement masque ou pas, l’émotion est quand même là).

La règle pour le masque est simple, c’est comme au resto, quand on se déplace, on porte le masque, une fois qu’on a rejoint sa place, on peut l’enlever… ou pas …. Nous avions prévenu nos invités via un groupe Facebook (du port du masque obligatoire) des règles à suivre et nous avions aussi précisé que si certains ne souhaitaient pas entrer dans la mairie, il n’y avait aucun soucis 🙂

 

Vous pensez que ça a gâché le moment ? ou les photos ? (pour les photos c’est sûr c’est étrange mais cela fera partie de l’histoire du mariage) et pour le moment… absolument pas… après toutes ces péripéties, c’était un moment absolument magique que j’aimerais revivre encore et encore>3

Et la réception ?

 

Nous avions choisi de faire un apéro dinatoire dans notre jardin … heureusement le temps était avec nous. Nous avions crée plusieurs petits espaces pour que des petits groupes puissent se former, laissant à chacun la possibilité de se placer où il le souhaite. Merci encore d’ailleurs à Christelle et Frédérik pour l’aide à l’installation. En tant que photographes et fan de déco, évidemment, on a prévu de faire l’impasse sur pleins de choses (mais rappelons qu’une deuxième partie du mariage est prévue en octobre) mais tout de même, nous étions super contents du résultat.  Grâce aussi à Lettre à Elise Events, nous avons eu de jolies fleurs pour égayer tout cela.

Du gel à proximité, un buffet avec chacun son assiette, ses couverts et son verre et le tour était joué. Après, comme je le disais plus haut, le risque zéro n’existe pas, mais nous concernant, c’était peu de monde et que des personnes que l’ont côtoie souvent. J’ai quand même bien précisé de faire attention à ma mamie, et même si j’avais très envie de lui faire des câlins, je me suis abstenue … tant pis, c’est surement ce qui a été le plus dur, c’est de respecter la distance avec elle.

 

 

Le ressenti ?

 

On a vraiment profité …. du matin au soir, on a trouvé cela absolument PARFAIT. Ce n’était pas du tout comme on l’avait imaginé mais finalement, tout cela, cela permet aussi de se recentrer sur l’essentiel .  Vivre et accepter que tout n’est pas toujours comme on l’avait imaginé. Ne vous méprenez pas, ce n’est pas un article de propagande sur le mariage en pleine pandémie, c’est un ressenti sur le mien, sur ma façon de voir les choses, en tant que photographe et de personne.  Je suis heureuse d’avoir pu partager cette journée avec les plus proches, simplement. Je suis heureuse d’avoir ENFIN épousé mon amoureux, simplement. Est ce que je le referais ? OUI, assurément. Je suis quelqu’un qui a besoin de vivre, qui a besoin de projets, et attendre dans l’incertitude ce n’est pas mon truc alors je suis ravie de cet imprévu, c’est que cela devait être ainsi et cela nous va bien 🙂

 

Petit conseil :

Si, vous aussi, vous avez vu votre mariage décalé pour cause du Covid, n’hésitez pas à organiser votre civil pour patienter. Cela fait un mariage qui durera dans le temps (puisque 2 journées au lieu d’une) et n’hésitez pas à rendre ce civil spécial pour remplacer un peu ce que l’on vous a volé. Cela n’a pas besoin d’être parfait, juste à votre image et je suis sûre que vous ne le regretterez pas <3

Maintenant en avant pour la saison des mariages qui, pour nous, recommence ce samedi, nous avons hâte de reprendre des shoots de bonheur <3

 

 

 

 

 

Add a comment...

Your email is never published or shared. Required fields are marked *

Mdpix, Marie Dall'agnol

siret : 53785784900021

photographe de mariage, de famille et de nouveaux-né en Alsace, Bourgogne & Provence